Psychologie et Santé Intégratives
Institut de Psychologie et Santé Orienté Ressources Intégratives Appliquées ®

Accueil > Nos articles > Oui aux antidépresseurs mais pas en première intention !

Oui aux antidépresseurs mais pas en première intention !

dimanche 30 juillet 2017, par Jacques B. BOISLEVE

Les médicaments antidépresseurs prescrits dans leur véritable indication sont une solution précieuse en médecine intégrative. Mais ce n’est pas toujours le cas, et c’est alors qu’ils posent problème. Plutôt que rejeter ces produits comme cela est parfois exprimé, il conviendrait de les remettre à leur place.

Les antidépresseurs ont montré une efficacité réelle dans les dépressions profondes, notamment les dépressions endogène. En revanche, leur effet n’est pas supérieur à un placebo dans les dépressions légères ou transitoires, c’est-à-dire de nombreuses dépressions réactionnelles qui font suite à une difficulté adaptative après une épreuve ou un évènement difficile.

Depuis ce constat effectué par les autorité sanitaires [1], la prescription de ces médicaments augmente en France, aux USA, au Canada et au Royaume Uni. Il est difficile d’établir une frontière entre dépression relevant d’un antidépresseur ou non, et le doute joue probablement en facteur du médicament.

Le problème est que ces médicaments ne sont pas anodins. Ils ont des effets secondaires et pris à long terme, ils créent une forme d’accoutumance suite à laquelle leur arrêt peut conduire à l’aggravation de la situation, alors que celle-ci ne s’était pas vraiment améliorée. Le piège !

Les solutions non médicamenteuses sont cependant connues et évaluées [2].
Il y a aujourd’hui une hiérarchie de réponse face à la dépression qui devrait être respectée, dans la mesure où les premières propositions sont à la fois durables, bien tolérées et peu onéreuses, alors que le coût ou les risques augmentent à chaque marche de l’échelle :
1. Méthodes naturelles pouvant associer alimentation, activité physique, exposition à la lumière, relaxation, méditation.
2. Accompagnement psychologique : TCC, hypnose ou EMDR dans certaines circonstances.
3. Phytothérapie : millepertuis, griffonia, safran.
4. Médicaments antidépresseurs et anxiolytiques.
5. Méthodes invasives : Électrochocs et stimulations magnétiques intracrâniennes.

La nutrithérapie, propose des cures spécifiques après un bilan évaluant le statut en neuromédiateurs. C’est une solution spécialisée et onéreuse. Avant d’en arriver là, il est plus simple et accessible au plus grand nombre d’améliorer la nutrition générale, avec si besoin une complémentation.
Une expérimentation récente effectuée en Australie a montré le rôle bénéfique d’une alimentation suivant le régime méditerranéen [3].
D’autre part, le rôle favorisant des vitamines B9 et B12 en cas de déficience est aujourd’hui bien connu.
Celui du magnésium a été souligné par une publication récente [4].


Références
1. Efficacité des antidépresseurs selon l’ANSM –>[ http://ansm.sante.fr/S-informer/Presse-Communiques-Points-presse/Efficacite-des-antidepresseurs]
2. Solutions efficaces face à la dépression –>https://www.sciencesetavenir.fr/sante/depression-10-traitements-performants_19527]
3. Felice N. Jacka & al : A randomised controlled trial of dietary improvement for adults with major depression (the ‘SMILES’ trial)- BMC Medicine 2017
4. EK Karleton : Role of magnesium supplementation in the treatment of depression : A randomized clinical trial- PlosOne juin 2017

- - - - - - - - - - - - - - - -
EN ACCÈS DIRECT
- - - - - - - - - - - - - - - -

Si vous souhaitez
un rendez-vous
pour une consultation
☛ RENDEZ-VOUS
- - - - - - - - - - - - - - - -
Pour vous inscrire
à une soirée à thème
☛ INSCRIPTION
- - - - - - - - - - - - - - - -
Pour recevoir régulièrement
nos informations,
vous pouvez vous inscrire
☛ INFOLETTRES
- - - - - - - - - - - - - - - -